Le test de Turing

Alain Turing est né à Londres en 1912 et il est un pionnier de l’informatique reconnu pour avoir été un des grands défenseurs de l’intelligence artificielle. Son mot d’ordre : « Calculer c’est penser ».
En 1950, il démontre, dans un article resté célèbre, qu’un automate peut faire ce qu’un homme sait faire à condition de lui donner le programme qui convient, (« Les machines savent-elles penser ? »).

Il va mettre au point un test pour mesurer l’intelligence des ordinateurs. Le test ressemble à un jeu pour enfants où l’un des joueurs doit reconnaître l’identité que l’autre simule. Dans le test de Turing l’interrogateur a en face de lui deux interlocuteurs avec deux types de comportement différents : l’un aide et l’autre ment ou détourne les réponses. C’est pour ce rôle qu’est programmé l’ordinateur soumis au test de Turing.

Certains ordinateurs jugés intelligents par Turing « mentent » avec naturel quand on leur pose des questions sur leur apparence physique ou alors arrivent à faire semblant de se tromper si on leur soumet un calcul un peu difficile ou arrivent à semer le doute en prolongeant plus que nécessaire leur temps de recherche.

Voici un exemple de test de Turing, essayez de deviner si « l’entité » est un humain ou une machine :

Examinateur
Aimez-vous le printemps ?
Entité
Ça dépend de mon humeur.
Examinateur
Combien font 11 et 11 ?
Entité
22
Examinateur
Et 512+512 ?
Entité
Je n’ai jamais été doué en calcul mental.
Examinateur
Ce n’est pas grave, essayez.
Entité
Voyons, 1000 quelque chose. 1024 je pense.
Examinateur
Récitez-moi un poème.
Entité
La servante au grand cœur dont vous étiez jalouse. Et qui dort son sommeil sous une humble pelouse…
Examinateur
Pourquoi ne remplacez-vous pas « au grand cœur » par « au grand air » ? A mon avis ce serait plus joli.
Entité
Je l’aime mieux tel quel.
Examinateur
Pourquoi ?
Entité
Vous n’êtes pas sérieux. « Au grand air » et « au grand cœur » ce n’est pas pareil.
Examinateur
Alors remplacez « Et qui dort son sommeil » par « qui tristement sommeille ».
Entité
Vraiment, je l’aime mieux tel quel.
Examinateur
Pourquoi ?
Entité
Le rythme du poème est meilleur.
Examinateur
Ce n’est pas mon avis
Entité
Vous aimez Baudelaire ?
Examinateur
Oui
Entité
Moi aussi.
Examinateur
Pourquoi
Entité
Je trouve qu’il exprime des sentiments profonds qui correspondent souvent à ce que je peux éprouver. Et puis peut-être aussi que ça me rappelle la période où je l’ai lu pour la première fois quand j’étais ado.
Examinateur
Vous aimez l’art ?
Entité
Oui
Examinateur
Vous peignez ?
Entité
Comme un pied. Je suis plus attiré par la musique.
Examinateur
Vous jouez d’un instrument ?
Entité
Oui, du piano
Examinateur

Jouez-nous un morceau.
Entité
Je n’ai pas d’instrument

Alors ? D’après vous, l’entité est un ordinateur ou un humain ?
Il s’agit bien d’un ordinateur !

Turing explique :
L’entité ne fait jamais appel à une espèce de ‘bon sens’ ni à la vie quotidienne.
Les réponses qu’elle donne ne nécessitent pas une vraie compréhension des questions. Elle repère les questions (elles se terminent par un point d’interrogation) et les ordres (le mode impératif).
Enfin, dans l’interrogation sur le poème, elle refuse les substitutions proposées par l’examinateur avec des réponses passe-partout qui ne supposent pas une vraie compréhension du sens.


Thomas Lesdel

sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Turing

https://humanoides.fr/mit-test-de-turing/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s